Le consortium Europe-Corée ‘5G Champion’ fera une démonstration de la technologie 5G aux JO d’hiver en Corée du Sud

La 5G, grâce à l’utilisation de nouvelles bandes de fréquence et le développement de nouvelles architectures basse consommation et à faible coût, a pour objectif de démocratiser ce type de liens via des stations dites « backhaul » (antenne point-à-point, développés notamment au Leti) et d’atteindre des débits de l’ordre du Gbits/s. Les stations « backhaul », développées dans le projet 5G Champion sur la bande de 28 GHz, permettent d’atteindre des débits de l’ordre de 2.5 Gbits/s. Ce débit est possible grâce à l’utilisation d’une toute nouvelle bande de fréquence.
il y a 2 ans

Du 20 au 22 février 2018, deux ans avant le lancement officiel de la 5G pour le grand public, les visiteurs et les spectateurs des JO vont pouvoir en profiter à PyeongChang, en Corée du Sud.

15 février 2018 - PYEONGCHANG, Corée du Sud 

Le consortium Europe-Corée ‘5G Champion’, coordonné par le Leti, propose aux JO de Pyongcheng la toute première preuve de concept de réseau 5G au monde, entièrement intégré et opérationnel. Cette preuve de concept 5G sera mise à la disponibilité des visiteurs, au K-ITC center et dans la Yulgok Street, aussi intitulée « IoT street », proche du village olympique de Gangneung. Des stations de type « backhaul », développées par la partie européenne et coréenne du consortium, seront installées au K-ITC center et le long de cette « IoT street ».

Du 20 au 22 février, les visiteurs pourront tester la 5G à travers différentes démonstrations, y compris dans un bus circulant dans cette rue, dans lequel le consortium proposera aux passagers de tester la 5G à l’aide de lunettes virtuelles. Ils pourront ainsi « se rendre » en quasi instantanée et avec une vision en 3D, sur une place d’Oulu en Finlande, à des milliers de kilomètres de là. Pour ce faire, le consortium a travaillé sur la mise au point d’une connexion intercontinentale.
 
Le débit dépend de plusieurs facteurs, notamment le type d'application et de service utilisés, la bande de fréquence disponible et la distance de communication.  Si, aujourd’hui, les réseaux de type 3 et 4G, permettent déjà d’atteindre localement (en fibre optique notamment) un type de débit de l’ordre de 100 Mbits/s pour l’utilisateur final, les bandes utilisées sont saturées, de sorte que l’utilisateur n’a accès qu’à des fractions du débit maximal.
 

Photo: Les équipements du réseau 5G à 2.5 Gbits/s (credit: Le consortium Europe-Corée ‘5G Champion’)

La 5G, grâce à l’utilisation de nouvelles bandes de fréquence et le développement de nouvelles architectures basse consommation et à faible coût, a pour objectif de démocratiser ce type de liens via des stations dites « backhaul » (antenne point-à-point, développés notamment au Leti) et d’atteindre des débits de l’ordre du Gbits/s. Les stations « backhaul », développées dans le projet 5G Champion sur la bande de 28 GHz, permettent d’atteindre des débits de l’ordre de 2.5 Gbits/s. Ce débit est possible grâce à l’utilisation d’une toute nouvelle bande de fréquence.
 
Des formes d’onde pour la communication par satellite et des algorithmes ont également été étudiés pour suivre des objets connectés en mouvement et ce, jusqu’à 500 km/heure. Un savoir-faire très attendu pour équiper les trains à grande vitesse avec la 5G.
 
Ces technologies sont particulièrement intéressantes pour les communications mobiles large bande et grande vitesse et pour l’internet des objets.

Source: LETI

Plus d'info

Commentaires

Pas de commentaire à afficher.