Une nouvelle méthode pour traiter d’importants volumes de données soutenue par Copernicus Masters

Les données conservées au sein des infrastructures distribuées sont rendues disponibles grâce aux services FAIR (Findable, Accessible, Interoperable and can be Reproduced). L’interface est une application web qui permet à l’utilisateur de manipuler différentes données environnementales en même temps, telles que l’imagerie à haute résolution, les précipitations, la température, ou la végétation, sans rien devoir télécharger.
il y a 2 ans

Copernicus Masters a reconnu un nouveau service qui permet aux scientifiques de consulter et analyser des ensembles de données de plusieurs pétaoctets répartis entre différents fournisseurs, en n’effectuant qu’une seule requête.

Les larges volumes de données produites par le programme européen Copernicus de surveillance de l’environnement et ses satellites Sentinel entraînent la création, en hausse constante, de produits et applications destinés à un nombre toujours croissant d’entreprises. Si toutes ces informations permettent d’élaborer avec précision des prévisions et donnent un aperçu réel de la situation dans des domaines aussi divers que l’agriculture et les télécommunications, un tel volume de données est inutile s’il ne peut pas être analysé. Copernicus Masters reconnaît désormais la solution développée dans le cadre d’un projet soutenu par l’UE pour aborder ce problème.

EARTHSERVER-2 propose ce que les créateurs décrivent comme de «nouveaux services révolutionnaires» en dotant les archives de données existantes d’une fonctionnalité de recherche flexible et évolutive, dont les résultats contribueront considérablement à GEOSS et Copernicus. Dans le cadre de ces services, l’équipe a mis au point le Earth Observation Data Service, une plateforme Big Data extraordinaire, qui permet d’accéder rapidement et facilement aux données géospatiales en vue d’étayer l’analyse de séries chronologiques.

EO Data Service propose des services interopérables de recherche, d’accès, de classification en sous-ensembles, de visualisation, de traitement et de téléchargement. Une grande quantité de données géospatiales est stockée dans des centres de données distribués, et l’application favorise l’analyse et l’utilisation de ces données sans devoir transférer de grands volumes d’une infrastructure à l’autre. Cette plateforme constitue une avancée. Elle aide les utilisateurs à gérer le cycle de vie des données depuis leur collecte jusqu’à la livraison des produits.

Les données conservées au sein des infrastructures distribuées sont rendues disponibles grâce aux services FAIR (Findable, Accessible, Interoperable and can be Reproduced). L’interface est une application web qui permet à l’utilisateur de manipuler différentes données environnementales en même temps, telles que l’imagerie à haute résolution, les précipitations, la température, ou la végétation, sans rien devoir télécharger.

Cet outil a été bien accueilli par les personnes qui traitent de gros volumes de données géospatiales. Par exemple, la communauté de la recherche CNR-ISMAR à Bologne, en Italie, a récemment adopté cette technologie. Le temps nécessaire à la préparation des données à utiliser dans les applications relatives au milieu marin est ainsi réduit de 70 %.

Copernicus Masters, la plateforme innovante de premier plan de l’Europe destinée aux applications commerciales d’observation de la Terre, a désormais reconnu les réalisations du projet. Le service eodataservice.org a été finaliste du Big Data Challenge 2017, et a été sélectionné pour participer au projet Copernicus Accelerator.

Géré par la DG GROW de la Commission européenne, il fait partie du Copernicus Start-up Programme, conçu pour accompagner les entreprises en démarrage depuis l’élaboration du projet d’entreprise à sa commercialisation complète.

Simone Mantovani, le responsable du service, fait part de son enthousiasme: «Nous apportons sur le marché un service incroyable qui améliore l’accès aux données Copernicus et, grâce au soutien de Copernicus, nous travaillons à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un plan de promotion efficace.»

EARTHSERVER-2, qui s’appuie sur les réussites de la version antérieure du projet, conservera et développera son rôle de premier plan dans les services Big Earth Data créés dans le cadre du projet EARTHSERVER-1 couronné de succès.

 

Source: Cordis

Photo d'illustration: En combinant les images capturées par la mission Copernicus Sentinel-2 et le satellite américain Landsat-8 entre octobre 2015 et la fin de 2016, cette carte de classification de la couverture terrestre montre différentes cultures en Allemagne. Un total de 2,2 To de données a été utilisé pour générer la carte, qui fait la distinction entre 21 classes de couverture terrestre et inclut 15 types de cultures spécifiques. Le droit d'auteur contient des données Copernicus Sentinel et Landsat modifiées (2015-16), traitées et analysées par l'Université Humboldt de Berlin / P. Griffiths (chercheur de l'ESA Living Planet). Pré-traitement des données: NASA et initiative harmonisée Landsat-Sentinel

Plus d'info

Commentaires

Pas de commentaire à afficher.